Les opportunités à ne pas manquer au moment de l’achat d’un véhicule

Actualités 27 Jan , 2020

De nos jours, s’offrir une voiture relève plus de la nécessité que du luxe. Les villes s’agrandissent d’une telle manière que joindre un point B d’un point A est ardu. La voiture reste la plus rapide, malgré la mise en valeur progressive des moyens de transport éco responsables. Mais s’offrir une auto revient à se poser d’abord les bonnes questions.

Quelle place faut-il accorder au mandataire automobile lors de l’achat ?

Le mandataire auto est plus qu’un intermédiaire entre un concessionnaire et un acheteur. Il s’agit d’un professionnel de l’automobile, qui dispose de son propre catalogue et de son réseau. Grâce à cela, il obtient des remises importantes des concessionnaires, et revend à de meilleurs prix. Il entretient également des relations avec l’étranger, ainsi que quelques facilitations. De ce fait, le mandataire vend à des prix cassés des voitures en excellents états, mais qui ont été fabriquées à l’étranger. Ce courtier auto doit remettre des contrats au client, de la recherche jusqu’à la confirmation de vente. Ces papiers mentionnent obligatoirement le montant total à payer, les délais et adresse de livraison, et toutes les modalités diverses. Il vaut mieux se fier à un courtier recommandé par une connaissance. Le cas échéant, l’expérience de celui-ci constitue une garantie de sérieux. Le client peut librement contacter différents mandataires pour être sûr d’obtenir la meilleure offre.

Se laisser attirer par la nouveauté ou préférer la sécurité de l’occasion ?

Il n’y a pas que le prix de départ qui importe à l’achat d’une voiture. Le coût de l’entretien est également à prévoir. Dans ce domaine, la voiture d’occasion revient forcément plus chère. En outre, le client qui choisit d’acheter une voiture neuve bénéficie de la garantie constructeur. Par ailleurs, une nouvelle acquisition consomme moins de carburant. Par contre, la reprise est moins chère à l’achat. L’argent économisé sur le prix va s’imputer sur le coût d’entretien par exemple. Enfin, assurer une ancienne est moins cher. L’option intermédiaire est l’ « occasion 0 km ». Il s’agit d’une voiture d’occasion, mais très récente. En quelque sorte, le véhicule est un invendu. Ce dernier n’est vendu que par des professionnels. L’occasion récente emprunte aux autos neuves leurs capacités techniques et aux véhicules d’occasions leur coût bas.

En cette ère écologique, faut-il se laisser tenter par l’électrique ?

Il est difficile de ne pas se sentir inspirer par le mouvement écologiste. Les voitures qui polluent moins ont la cote. Les clients ont le choix entre l’hybride ou la voiture électrique. La première possède en même temps un moteur à essence et un électrique. Jusqu’à une certaine vitesse, c’est l’électrique qui travaille. L’électrique marche donc exclusivement à l’électricité. Pour l’instant, elles sont plus chères que les traditionnelles. Néanmoins, des facilités de paiement sont proposées. En bonus, des subventions sont offertes. La reprise constructeur consiste en la reprise de la voiture diesel contre l’achat de l’électrique plus un bonus en liquide. Le bonus écologique équivaut à 27 % du prix d’achat. Les deux cumulés assurent déjà une baisse du prix réel d’achat. Concernant les dépenses d’électricité dues au chargement de la batterie, certaines sociétés proposent des facilités et réductions.